Benoît Delomez,  "L'étrange pouvoir des petits riens "

Installation interactive, photographies, PVC

 

Benoît Delomez, photographe/plasticien, crée pour l'église de Kairon une œuvre narrative du temps et de l'espace, en harmonie avec le lieu; il utilise la photographie en négatif pour une lumière augmentée, le blanc pour une mise en abîme de la voûte, le rouge du milieu du motif et des papillons renvoie aux tentures de l'entrée, de l'habit de St Laurent, le rouge de la divinité et du culte, du bien et du mal, de la vie et de la mort.

 

L’œuvre présentée ici parle de l'homme et de l'univers et dont l’interconnexion peut générer des effets papillon au sein du microcosme et du macrocosme.

 

Pour Pythagore, l'homme est au monde ce que l'œil est au corps, la sphère de notre tête n'est-elle pas la réplique de la sphère céleste ? Les veines irriguant notre corps n'évoquent-elles pas les fleuves de la terre ? Et notre souffle ? N'est-il pas proche parent du vent qui caresse notre peau ? L'homme n'est pas en exil, dans cet univers ; il lui est étroitement uni.

 

Une foule avance d'Ouest en Est jusqu'au Chœur; l'image à la limite de la pixellisation engendre une vision complexe dans une écriture proche du monde des fractals; le miroir souvent utilisé par l'artiste n'est pas physiquement présent, cependant l'aile du papillon en réflexion devient poumon avec son réseau d'irrigation. Le rouge circule. Les changements d'échelle créent la profondeur pour une mise en 3D de l'espace/plan du tapis.

 

Dans la conjonction homme/nature, des phénomènes peuvent arriver, des histoires s' écrire, des petits riens devenir énormes et faire basculer le cours des choses, une feuille tombe de l'arbre sur la mare, une onde se forme, un cri, le vent gonfle les vagues, panique….. une œuvre plastique comme toute autre expression artistique naît, elle aussi, d'une addition de petits riens. B. Delomez construit ici une œuvre graphique et lumineuse, particulièrement bien intégrée à l' architecture et au sens du lieu, une invitation à la réflexion.

 

Un seul être, son souffle, son énergie peut provoquer l’événement, bousculer des principes, faire basculer dans un sens ou un autre, deux ou trois, une foule….?

 

Le visiteur s'avance à son tour et marche sur le tapis. Benoît Delomez lui propose de s'associer encore plus à son œuvre et met à sa disposition des stickers autocollants afin d'y inscrire sa propre question quant à la possibilité de faire ou pas advenir.