Sophie HUTIN

Le site de Genêts, historiquement ultime étape du chemin de pèlerinage avant la traversée vers le Mont St Michel, m’invite à convoquer la figure du pèlerin.

Autrefois très actif, le port de Genêts a fini par disparaître, progressivement ensablé, laissant place au marais, peuplé de roselières qui marquent une frontière, un passage entre le village et la baie du Mont.

Je souhaite utiliser, le chaume : calamus, roseaux, matériau récolté dans ces marais pour réaliser l’installation exil et construire une série d’abris de forme conique : des refuges individuels ajustés à l’échelle humaine: guérite, cachette, loge, échauguette, lieu de recueillement, «capelle»: vient du latin «capella», diminutif de «cappa» qui a évolué vers «chape» et «chapelle».  

Installés dans le jardin du Prieuré en procession, ces constructions suggèrent également la cape de pèlerin, la pèlerine, la «cappa»: grand manteau à capuchon, l’enveloppe protectrice indispensable à tout exil. 

"Exil"

Jardin du Prieuré - Genêts