Florane BLANCHE

Née dans l’Yonne, Florane a suivi sa formation artistique dans diverses écoles, dont l’École supérieure d’arts appliqués Duperré et l’université européenne de Bretagne (Rennes 2) d’où elle est ressortie avec un MASTER, spécialité arts plastiques. Elle s’implique désormais dans l’enseignement artistique à travers des ateliers de pratique ou dans la formation des enseignants à l’ÉSPÉ de Saint-Lô, en continuant parallèlement sa pratique personnelle. Tout est bon pour arriver à ses fins dans la création. Elle réalise des livres-objets, des installations, des œuvres en volume, des accumulations. « J’aime créer des installations en fondant mon travail sur le dialogue, que ce soit avec le lieu, les gens ou les matériaux ».  À ses yeux, l’échange parait essentiel.

 

 

 

« Quand je suis venue dans le jardin du prieuré, j’ai tout de suite ressenti une idée de convergences, qu’il s’agisse de chemins ou de destins, avec cette idée de recomposer ensemble un territoire, une perspective, une « utopie », un refuge, un souvenir. Ce serait peut-être une façon de reconstituer un continent tel que le fut la Pangée avant sa dislocation. »

"Une seule terre"



Dans un travail de transparence et de superposition, Florane guide l’œil du passant sur trois chemins distincts qui convergent vers l’église, vers des détails que l’on ne sait plus regarder. Que remarquera le visiteur ? Qu’emportera-t-il dans son souvenir avant de repartir vers son destin ? Et si, par les mouvements et les convergences, notre planète reformait la Pangée, c'est à dire la réunification de toutes les terres ? Les mélanges de populations n’ont-ils pas toujours engendré une richesse culturelle ? Par ce jeu de transparence et de superposition, cette installation permettra au visiteur d’imaginer et d’inventer sa Pangée.